Le moment des voeux....

Publié le par jmistral

Je ne croyais plus au père Noël depuis longtemps. Je m'étais aussi rendu compte que les voeux formulés en début d'année étaient inspirés par les nobles sentiments de ceux qui les formulaient mais que la réalité des douze mois suivants était bien différente. En résumé fait un peu comme tu peux.

 

En matière équestre, puisque c'est le thème essentiel de ce blog, j'avais aussi mesuré le fossé gigantesque qui sépare le rêve de la réalité. En bref j'avais perdu pas mal de mes illusions mais en bon obstiné optimiste je poursuis mon chemin en prenant quand il arrivent les petits moments de bonheur et mes quelques modestes réussites.

 

Grâce à des relations nouées antérieurement sur le forum lesaboteur.com j'ai étais invité à participer à un forum privé créé par une participante au saboteur.

 

Il regroupe des adeptes de l'équitation sensitive (c'est un terme que j'ai inventé pour remplacer ce que l'on appelle à mon avis par abus de langage l'équitation éthologique). On échange sur ce forum en toute simplicité. L'ayant parcouru en tout sens j'ai pu constater que j'avais besoin de repenser ma façon de fonctionner avec Faraon. Certe pas à cent pour cent mais au moins à quatre vingt dix.

 

Une des participantes nous a donné les coordonnées d'une vidéo que j'espère être parvenu à insérer dans cet article.

C'est magique et ça vous permettra de vérifier que le père Noël faut encore y croire.

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=oAfIT_RYIoY&eurl=http://haflinger.actifforum.com/vos-jolies-tetes-blondes-f2/une-video-en-musique-pour-iroy-t1739.htm

 

 

Commenter cet article

Jean Grandemange 17/01/2012 13:28

Cela est très, très facile !
Vous mettez Faraon dans un van, vous attelez et vous suivez l'itinéraire que je vous aurez préalablement envoyé.
En arrivant ici vous trouvez un logis pour tous les deux.
Je serai complètement enchanté de faire votre connaissance, à pied et à cheval !
Les détails nécessaires à la suite de cette « aventure » s'échangeront préférablement par e-mail.

Alors, à bientôt peut-être ? (attention : la vie est très courte!)

Sincère amitié
Jean Grandemange

jmistral 24/01/2012 00:49



Merci pour cette invitation. il me faut régler préalablement certains aspects d'intendance.


Pour me communiquer votre adresse mail vous pouvez utiliser le lien " Contact " en petit caractère tout en bas de la page du blog.



Jean Grandemange 16/01/2012 13:23

Un grand bravo à tous les deux pour cet échange de commentaires du 7 au 9 janvier ! Toutes vos observations (oh combien logiques) sont parfaitement justes et je constate que vous vous référez
régulièrement à "la légèreté".
La vidéo est magnifique mais n'a rien à voir avec ce qu'on baptise du nom d'éthologie ! Méfiez vous de cette dénomination et de ceux qui la pratiquent en la prônant comme ferait un missionnaire
d'une nouvelle religion !
Restez sur le chemin de la mise en confiance du cheval à 100%. Pour cela, et avant tout, limitez l'action de votre rêne intérieure à presque rien !
Montez, Montez en légèreté...
Toute ma sympathie à tous les deux,
Jean Grandemange

jmistral 17/01/2012 00:23



Je suis tès heureux d'avoir de vos nouvelles par ce commentaire interposé. Je me méfie des missonnaire et des ayatollah de toute sorte. ce qui ne m'empêche pas de rester ouvert à tous ce qui peut
de près ou de loin me conduire à évoluer vers la légèreté. je vous souhaite une excellente année en espérant pouvoir enfin vous rencontrer un jour au cours des douze mois qui arrivent.


Bien amicalement.



in-So-lite 08/01/2012 12:41

Lorsque je parlais du cheval qui ne travaille pas dans son pré j'ai l'image d'une amie et des chevaux. Même en été, lorsque son arrivé ne rime pas avec nourriture et que les chevaux le savent, ils
reconnaissent le bruit de sa voiture et après s'être garée, les chevaux seront toujours à la barrière, leur attention concentré sur elle. Leur comportement sera totalement différent selon qu'ils
intéragissent avec elle ou avec moi par exemple. Lorsqu'elle est là et que quelque chose les effraient, ils ne partiront pas en courant mais iront se cacher derrière elle. Et pourtant, le seul
travail qu'elle leur demande, c'est de se laisser licoler et tripoter partout pour faciliter la vie des vétos et maréchaux...
Mais après, je pense que le reste est un souci de signification que nous donnons au mot plus qu'autre chose. A vrai dire, en laissant l'anthropomorphisme de côté, je ne pense pas qu'on puisse
parler de complicité, mais de confiance et d'attention. Iroy fait confiance à sa cavalière, d'où le fait qu'il est détendu, et du coup se réfère à elle, d'où sa capacité d'interpréter la plus
légère demande et d'y obéir ! :) Et comme il est en décontracté vu que en confiance, il est plus simple d'enchaîner différentes réponses rapidement ! :)
En ce qui concerne les gens qui ont un don, je pense qu'on n'observe cela qu'à partir du moment où ils sont capable de reproduire ce résultat avec n'importe quel cheval. Mais dans ce cas là c'est
un don et non une complicité. Exemple : Pauline et Naïade, au départ, on aurait pu qualifier ça de complicité. Mais sachant qu'elle reproduit ça avec Pirouette, ou même avec des chevaux qui ne sont
pas les siens contre de l'argent...
Je pense que donc mon dernier mot est que ce n'est pas de la complicité mais de la confiance, du respect et du dressage selon les grandes lignes directrice de la légèreté ! :) Et que si cela doit
s'opposer à quelque chose, c'est non pas à l'équitation classique mais au dressage qui obtient des actions du cheval par la peur et dans la contraction ! :)
"Prenons le temps d'aller vite" !

jmistral 09/01/2012 11:07



 mon premier cheval hébergé à la maison était un camargue. Ma femme savait que j'arrivais quand le cheval aller dans le coin du près vers l'entrée les oreilles poiontées la tête haute cinq
bonnes minutes avant que j'arrive. reconnaissait il le bruit de ma voiture pourtant d'un modèle très courant?


Pour éviter l'anthropomorphisme il faut se rappeler que le cheval ets un animal grégaire et à un mental conditionner pour fonctionner en harde etfaire confiance à un chef, qui est souvent une
jument. Une annecdote qui rejoint le vécu de votre copine avec ses chevaux.


Les éthologue (scientifique qui observe et étudient le comportement animal sans intervention étrangère à leur milieu) ont établient des types de caractère chez le chevaux notemment, un de ces
types a un grand besoin de confiance pour donner le meilleurs d'eux même. Les dominants ont plus besoin de jeux et de mouvements variés. Votre amie a établit cette relation de confiance avec ses
chevaux qui a l'évidence en réclame. Les chevaux sont très attentifs à notre comportement nos mimiques et nous perçoivent de façon très subtiles. Nul n'est besoin de faire beaucoup de choses
pour leur communiquer notre état d'esprit. 


tout à fait d'accord avec votre avis sur le "don" de certain. Connaissez vous l'annecdote de N Olivera visitant le haras de Boussac ou un étalon de pur sang anglais particulièrement violent
n'avait jamais fait que des galops furieux quand un cavalier était sur son dos. N Olivera ayant demandé à le monter l'étalon s'est mis au trot pour finir peu de temps après dans un petit
trot cadencé proche du passage.


Personnellement je n'aime pas les formules1 des rectangles de dressage internationaux mis dans une attitude issue de la méthode allemande. G Steinbrecht au XIX siècle pronnait déjà la rigidité de
l'encolure fustigeant son contemporain F Baucher chantre de l'école française et de la légèreté.


Peu importe les méthodes et les outils tout dépends de ce que l('on en fait et comment on les utilise. Il est clair que ceux qui ont des objectifs professionnels de haut niveau que ce soit en
équitation sportive en courses ou en spectacle ont un niveau d'exigence qui dépasse de très loin l'équitation de loisir. Ces professionnels sont de plus en plus nombreux à exclure de leur
pratique la peur et la contraction. Car les résultats parlent d'eux même. Ceux qui brillent à très haut niveau en CSO sont ceux qui allient fluidité et puissance dans leur parcours et donnent
l'impression de ne pas forcer.


Et si c'était la confiance, le respect, et le travail qui craient ce que l'on appelle la complicité...


a bientôt.



in-So-lite 07/01/2012 01:45

Je vais sûrement paraître chiante mais pour moi ce n'est pas une histoire de complicité mais du dressage : l'homme donne un ordre et le cheval exécute ! Mais cela reste un travail absolument
remarquable pour en arriver à obtenir de tel chose de son cheval et cela fait rêver. Mais c'est du spectacle ! L'équitation éthologique type la cense ou sensitive si vous préférez n'est que presque
que ça : vendre du rêve. Bon et aussi en partie apprendre à contrôler le cheval et lui apprendre à nous respecter, ce qui est absolument fondamentale et que l'on retrouve dans d'autres disciplines.
La "complicité", en enlevant toute la dimension anthropomorphique que l'on accorde souvent aux chevaux, c'est le plaisir du cheval d'être à nos côtés : c'est le cheval qui vient nous voir au pré et
qui apprécie nos caresses et qui nous prêtes attention. Et cette complicité, on peut l'observer avec une humaine qui vient voir son cheval tous les jours au pré pour s'assurer que tout va bien, le
caresse et puis se barre en le laissant vivre sa vie de cheval ! :) Cela na rien à voir avec le cheval qui exécute nos demandes à la perfection, aussi farfelue soit elle : cela rentre dans la
dimension de légèreté ! Certains vont demander au cheval de leur courir après, de se cabrer et leur apprendre à être diriger sans mors tandis que d'autres vont chercher la foulée parfaite de
piaffer. Le point commun : le but est de finir par obtenir la réponse rien qu'en pensant à la question !

voilà, désolée pour cette intervention mais l'amalgame entre travail au sol/monté sans licol ni filet et complicité vs travail sur le dos avec un mors et contrainte est trop souvent faite ! :)

jmistral 07/01/2012 08:52



bon voila un peu de polémique.  Je l'apprécie lorsqu'elle est formulée avec respect et dans le but d'exprimer un point de vue de façon constructive ce qui est le cas de votre commentaire.


je suis d'accord avec vous reconnaitre que les structures comme La Cense et les grandes écuries de la haute compétition équestre d'ailleurs, ont des préoccupations mercantiles. Autre point de
convergence avec votre point de vue le fait que monté avec un mors ou un licol à cru ou avec une selle ne correspond pas à des pratiques antagonistes dès lors que les outils utilisés ne servent
pas à la coercition.


pour ce qui est de l'anthropomorphisme pratiqué avec les chevaux comme avec les animaux de compagnie il est condamnable quand il abouti à des comportements qui nuisent aux animaux.


j'aime bien votre expression "obtenir la réponse rien qu'en pensant à la question" de grands écuyers ne disent ils pas que pour parvenir à la légèreté absolue dans l'execution d'un air de
haute école "il y pense et ça suffit".


la ou je ne rejoins pas votre analyse c'est si vous mettez au même niveau la complicité du propriétaire qui rends visite à son cheval au près et celle qui permet d'obtenir une véritable
fusion des consciences (il est difficile de trouver le terme juste) qui permet d'obtenir l'adhésion totale de la volonté du cheval. Si je prends comme exemple, Frédéric Pigon ou Lorenzo,
pour ne citer que cela, qui partent en pleine nature avec leurs chevaux totalement libres, ou comme Agnès avec Iroy qui parcours la campagne et traverse des villages, ou encore les chevaux de
Zingaro en liberté dans les spectacles grandiose des jardins de Versaille, ce n'est plus la que du seul dressage ou de la complicité amicale d'un cheval et de son maître. tout comme Bartabas, ou
nuno Olivera, P Karl, G Fizet, sous la selle dès quels chaque muscle et chaque articulation du cheval travaille en toute liberté et sans contrainte.


On peut parler de communion dans la mesure ou le cheval adhèrent librement au couple qu'il forme avec son maître et participe à ce que ce dernier lui propose. ceux qui parviennet à obtenir cet
état de relation sont peu nombreux et possèdent un talent qui n'est pas donné à tout le monde et ce qu'il réalisent est admirable par ce qu'exceptionnel est éphémère,  ça disparait en
se réalisant.


j'espère avoir encore l'expression de votre point de vue dans ce blog qui se veut un lieu d'échange.



dacaio 04/01/2012 23:39

bonjour Jacques - C'est un merveilleux cadeau que nous fais là avec cette video !!! tu m'as donné du courage pour demain ... je suis obligée de te l'écrire, elle m'a fait venir les larmes aux yeux
tant il y a d'amour vrai et de complicité entre Iroy et Agnès .... Je crois que tous les deux sont des âmes jumelles et qu'ils ont atteint le vrai bonheur dans le respect et la confiance mutuelle
...

Je te souhaite de tels moments avec Faraon ... et comme j'ai hâte de retrouver Orphée !!
bisous et bonne fin de soirée

jmistral 05/01/2012 02:05



Petite ssuggestion quand tu retrouveras Orphée.


Je sais que tu l'approchera avec un grand sourire, de ceux qui traduisent le bonheur que l'on a à acceuillir quelqu'un qu'on aime bien. Une fois en selle détent toi omme pour lui
confier ton corp. Respire profondemment avec le ventre. et déroule dans ta tête un petit film dans lequel vous partez tous les deux dans une confiance mutuelle. Porte ton regard ou tu veux aller.


 je fais le pari qu'Orphée ira ou tu le souhaite en se callant sur les images qui se déroulent dans ta tête et qu'il lit parfaitement bien.